07 - La nutrition des poissons

Pour en savoir plus...

Vidéo 7.1

Des poissons élevés au vert

À quoi ressemble l’aquaculture de demain ? Elle sera plus durable. Par exemple elle pourrait limiter la pression de pêche dans les océans en nourrissant les truites avec des aliments à base de protéines végétales pour remplacer les farines animales. Frédéric Terrier, technicien à la pisciculture expérimentale de Donzacq de l’Inra Bordeaux-Aquitaine, participe aux expérimentations sur la nutrition des poissons pour une aquaculture durable.

Frédéric Terrier (INRA)

Vidéo 7.2

Bioconversion : des déchets agricoles à l’aquaculture

La bioconversion consiste à transformer une substance organique en une autre grâce à des procédés naturels. Le programme de recherche sur la bioconversion, mené par l'IRD et ses partenaires indonésiens, consiste à valoriser les sous produit issus de l'industrie du palmier à huilepour produire des larves d'insecte. Ces larves transformées en biomasse seront à leur tour utilisées comme base pour l'alimentation des poissons d'aquaculture . Cette technique est très prometteuse pour l'avenir, car les surprenantes larves d’un insecte appelé "black soldier" sont capables de dégrader de nombreux déchets bio-organiques. Cette incroyable capacité pourrait même être utilisée dans les pays développés.

Hem Saurin (IRD)

Vidéo 7.3

Comment sont nourris les poissons d'élevage ?

Les poissons d'élevage sont nourris avec des farines végétales. Les farines animales ont été en partie pour certaines interdites.Traditionnellement on les nourrit avec des granulés qui sont faits avec de la farine et de l'huile de poisson. C'était le régime ancien. Mais du fait du plafonnement des captures, on ne peut plus faire autant de farine de poisson que ce dont on aurait besoin pour nourrir tous les poissons et donc on les nourrit de plus en plus avec des végétaux. On substitue les farines et les huiles par des farines et des huiles végétales. Cela fait aussi baisser les contaminations en métaux lourds et en dioxines car ces farines en contiennent moins que les huiles et les farines de poisson. En France, on ne donne pas de farines animales. C'est autorisé dans l'Union européenne depuis quelques années. Il y a des pays qui le font, d'autres qui ne le font pas. On comprend que les personnes soient inquiètes quand elles entendent parler de farines animales. Les farines animales autorisées en Union européenne sont des produits qui à la base sont réputés aptes à la consommation humaine donc ce n'est pas n'importe quoi. On pourrait donc les manger. Et on fait attention à ne pas nourrir une espèce avec des farines issues de la même espèce. C'est ce qui s'est passé dans la vache folle. En nourrissant des vaches avec de la farine de vache, on a créé une sorte de cycle parasitaire.

Marc Vandeputte (INRA)

Vidéo 7.4

Les poissons d'élevage du futur

À Sizun, en Bretagne, nous découvrons le centre de recherche baptisé  Pisciculture expérimentale des Monts d'Arrée  appartenant à l’ INRA . Cette station expérimentale participe à un projet européen appelé  AQUAEXCEL  qui vise à coordonner différentes structures de ce type dans l’Union. Pour en savoir plus, nous nous rendons à l’Université de Wageningen aux Pays-Bas où des chercheurs récupèrent les poissons isogéniques élevés en France pour étudier leur métabolisme encore plus en profondeur.

Marc Vandeputte et Edwige Quillet (INRA), Johan Schrama et Ep Eding (WUR)

Vidéo 7.5

Produire du poisson sans poisson

Organisées au sein du Pavillon de la France lors de l'Expo Universelle de Milan 2015, ces conférences, courtes et dynamiques, permettent de comprendre les grands enjeux de l’innovation et de la recherche dans les domaines de l’agriculture et de l’alimentation, dans une perspective de développement durable.

François Médale (INRA)

Document 7.4

Système d’information sur les ressources alimentaires et d’engrais en aquaculture

Le Système d’information sur les ressources alimentaires et nutritionnelles en aquaculture a pour ambition de mettre à disposition de ses utilisateurs des informations sur: 1. Les ressources en aliments et en engrais aquacoles: leur origine, leur localisation, leur disponibilité (saisonnière et régionale) et leur utilisation (par les êtres humains, pour les animaux domestiques ou pour les espèces aquatiques); 2. Le profil nutritionnel des ingrédients entrant dans la composition des aliments (acides aminés, acides gras, sels minéraux), et sur la toxicité et les facteurs antinutritionnels inhibant leur utilisation; 3. Les espèces aquacoles, notamment sur leurs besoins nutritionnels et les pratiques d’élevage.

FAO

Document 7.5

Nourrir l'aquaculture dans un contexte de ressources limitées

Aquaculture's pressure on forage fisheries remains hotly contested. This article reviews trends in fishmeal and fish oil use in industrial aquafeeds, showing reduced inclusion rates but greater total use associated with increased aquaculture production and demand for fish high in long-chain omega-3 oils. The ratio of wild fisheries inputs to farmed fish output has fallen to 0.63 for the aquaculture sector as a whole but remains as high as 5.0 for Atlantic salmon. Various plant- and animal-based alternatives are now used or available for industrial aquafeeds, depending on relative prices and consumer acceptance, and the outlook for single-cell organisms to replace fish oil is promising. With appropriate economic and regulatory incentives, the transition toward alternative feedstuffs could accelerate, paving the way for a consensus that aquaculture is aiding the ocean, not depleting it.

Rosamond Naylor et al. (2009, en anglais)

Document 7.6

Bonnes pratiques de fabrication des aliments aquacoles

Le document FAO fournit des directives techniques pour une bonne pratique de production d’aliments aquacoles. Ces directives ont été élaborées pour la FAO en faveur de l’article 9 du Code de conduite pour une pêche responsable (CCRF) concernant le développement de l’aquaculture (FAO, 1997), et en particulier en faveur de l’article 9.4.3 du CCRF sur la sélection et l’utilisation des aliments et des additifs.Les directives traitent un certain nombre de questions, qui vont de l’achat des ingrédients, de la transformation, de l’entreposage en vrac, de la conservation, du contrôle et de la documentation, à des questions telles que la formation et la sécurité du personnel, les relations avec les clients et la livraison au pisciculteur de la marchandise finie.Les questions relatives à la conservation et à la gestion des aliments aquacoles par les pisciculteurs dans l’élevage même ne sont par contre pas traitées ici. Elles seront prises en considération dans des directives séparées sur les bonnes pratiques de gestion des aliments dans l’élevage qui seront publiées par la suite.Le document fournit des directives techniques pour une bonne pratique de production d’aliments aquacoles. Ces directives ont été élaborées pour la FAO en faveur de l’article 9 du Code de conduite pour une pêche responsable (CCRF) concernant le développement de l’aquaculture (FAO, 1997), et en particulier en faveur de l’article 9.4.3 du CCRF sur la sélection et l’utilisation des aliments et des additifs.
Les directives traitent un certain nombre de questions, qui vont de l’achat des ingrédients, de la transformation, de l’entreposage en vrac, de la conservation, du contrôle et de la documentation, à des questions telles que la formation et la sécurité du personnel, les relations avec les clients et la livraison au pisciculteur de la marchandise finie.
Les questions relatives à la conservation et à la gestion des aliments aquacoles par les pisciculteurs dans l’élevage même ne sont par contre pas traitées ici. Elles seront prises en considération dans des directives séparées sur les bonnes pratiques de gestion des aliments dans l’élevage qui seront publiées par la suite.

FAO

Document 7.7

L'utilisation des poissons sauvages comme aliment en aquaculture

Ces directives techniques sur l'utilisation des poissons sauvages comme aliments aquacoles ont été développées en appui à l'Article 7 (Aménagement des pêcheries) et à l'Article 9 (Développement de l'aquaculture) du Code de conduite pour une pêche responsable de la FAO, et en particulier en appui des Articles 9.1.3, 9.1.4 et 9.4.3. Les objectifs des directives sont de contribuer au développement de l'aquaculture et l'utilisation durable des stocks des poissons fourrages. Les directives couvrent un certain nombre d'enjeux pertinents sur l'utilisation des poissons sauvages dans les aliments aquacoles, y compris les impacts sur les écosystèmes et l'environnement, les considérations éthiques sur l'utilisation responsable du poisson pour l'aliment, le développement et les technologies de l'aquaculture et les besoins des statistiques et d'informations pour la gestion du développement de l'aquaculture. Des questions spécifiques liées à la gestion des ressources de pêche qui peuvent être utilisées comme aliments sont brièvement considérées dans ces directives, comme elles ont été traitées en détail dans des directives séparées de la FAO concernant la gestion des pêches et qui, entre autre, s'appliquent également à la pêche des poissons fourrages. Les principes directeurs de ces directives techniques ont été développés et adoptés lors de l'Atelier des Experts de la FAO sur l'utilisation des poissons sauvages et/ou d'autres espèces aquatiques comme aliments dans l'aquaculture et ses implications sur la sécurité alimentaire et la lutte contre la pauvreté, du 16 au18 novembre 2007, à Kochi, en Inde.

FAO

Document 7.8

Controverse: la réintroduction des farines animales

Dans les années 90, les farines animales ont été largement utilisées dans l’élevage. La crise de la vache folle a mis en évidence les risques sanitaires liés à leur utilisation. Depuis l’interdiction de ces farines, les experts ont fait de nombreuses avancées et beaucoup attendent leur réintroduction. Le sujet devient à nouveau d’actualité lorsque la Commission Européenne décide d’autoriser l’usage de farines animales pour nourrir les poissons d’élevage et autres animaux de l’aquaculture. La question se pose de savoir si une telle autorisation est pertinente. Consommateurs, éleveurs, politiciens et scientifiques s’enlisent dans des débats entre préjugés, craintes et remise en question des expertises. 

Travail d'étudiants de Mines ParisTech (Duquenoÿ et al., 2013) qui analyse la controverse sur la réintroduction des farines animales en aquaculture

AFFRIS

Aquaculture Feed and Fertilizer Resources Information System

Un site web produit par la Branche Aquaculture de la FAO , qui regroupe de très nombreuses informations sur les besoins nutritionnels des poissons et leurs aliments (en anglais)

Cookies de suivi acceptés